Forum Chrétien Jesus est Seigneur Index du Forum
  FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
Luc 7, 36-50


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Catholique Chretien Jesus est Seigneur Index du Forum -> AVANCE EN EAU PROFONDE -> ¤0¤ Messe + Livre des Jours ¤0¤ -> Commentaires ¤ Évangile
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
eli29s
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2010
Messages: 3 591
Localisation: 29000 Quimper

MessagePosté le: Jeu 19 Sep 2013 - 12:35    Sujet du message: Luc 7, 36-50

PublicitéSupprimer les publicités ?

Luc 7, 36-50

Jésus pardonne à une pécheresse

L’histoire commence pourtant bien : un pharisien a invité Jésus chez lui, à l’un de ces repas festifs où l’on mange couché. Un incident déclenche la conversation : une pécheresse pénètre dans la salle, derrière le lit où Jésus est allongé, et son comportement, d’une très grande familiarité, est hautement choquant. Prostituée peut-être, elle est de toute façon une femme impure. Sachant la présence de Jésus à ce repas, elle reconnaît en lui – dont les pieds sont trempés de larmes – celui qui apporte le pardon et le salut de dieu aux pécheurs. C’est la signification que jésus le Prophète donnera par la suite au geste de la femme. Mais l’hôte pharisien ne voit pas si loin ; il s’arrête à la superficialité de ces attouchements – tout ce la lui paraît érotique. La conclusion erronée qu’il en tire en lui-même repose sur deux convictions : un prophète est capable de percer l’identité de ceux qu’il fréquente et il se doit de maintenir la séparation entre le pur et l’impur (v. 36-39). Le comportement de cet hôte est très caractéristique : il a fait son invitation parce que les guérisons physiques accomplies par Jésus – peut être aussi son enseignement – lui font penser qu’il affaire à un prophète ; mais Jésus pose en même temps d’autres gestes – l’accueil des pécheurs et des exclus  - qui sont incompatibles avec l’idée qu’il se fait d’un envoyé de Dieu.

En prenant la parole, Jésus manifeste le savoir prophétique que niait la pensée secrète de Simon. Il commence par raconter une parabole qui paraît n’avoir rien à voir avec la situation (v.40-43). Elle ne dégage aucun savoir, mais d’abord un espace où Simon ne peut que tomber d’accord avec celui qu’il vient de critiquer en son for intérieur. Ce récit dans le récit comporte un élément sortant de l’ordinaire : il est inhabituel qu’un créancier passe l’éponge sur des dettes insolvables (cinq cents pièces d’argent représentent dix-huit mois de salaire d’un ouvrier.) « il fit grâce à tous deux » : ce détail inhabituel signale que cette histoire de tous les jours renvoie à une réalité plus profondes : le rapport de Dieu et de l’homme. En conséquence, l’amour des débiteurs est reconnaissance et gratitude à l’égard de celui qui leur a remis leur dette. Telle est la leçon que tire Jésus dans la question qui est posée à Simon (et au lecteur) et qui appelle à une réponse sans surprise. Comme l’indique sa réticence (je présume..), Simon devine où Jésus va l’entraîner ; mais il est pris par le jeu de la parabole et ne peut pas formuler une autre réponse. Contrairement à la conclusion erronée qu’il se faisait en lui-même, il a publiquement, cette fois, correctement jugé.

« Tu vois cette femme ? » Sitôt acquis l’accord du pharisien, Jésus déplace son attention sur l’objet même du litige et fait l’application de la parabole (v. 44-47). Il oppose le comportement de Simon, correct mais sans marque excessive d’hospitalité, à trois gestes de cette femme anonyme pleine d’attention pour les pieds de jésus (mentionnés à chaque fois) ; c’est particulièrement net pour le parfum, où Jésus distingue une onction sur la tête qui n’a pas eu lieu, au versement sur les pieds. Cela renvoie à l’attitude humble de cette femme qui se tient aux pieds de Jésus (v.38) ; c’est le geste central qui conditionne les trois actions ici décrites. Dans le contexte, la conclusion que tire Jésus (v.47) ne peut signifier qu’une chose : l’attitude la femme est la conséquence de l’amour divin qu’elle a reçu. Ses nombreux péchés ont été pardonnés par Dieu, ainsi que le montre à l’évidence sa conduite. L’amour est la réponse humaine à la remise des dettes et des péchés par Dieu. Comme les publicains – d’autres pécheurs publics – (cf. 7, 29), cette femme a reconnu que Dieu était juste et a accueilli son pardon. Le pharisien en revanche est dans le droit fil de ses confrères (cf.7, 30) : il a rejeté le dessein que Dieu avait sur lui. Mais qui sait ? La leçon portera-t-elle ses fruits et l’homme sortira-t-il transformé de ce diner ?

Pour la première fois, Jésus s’adresse à la femme (v.48-50) et lui déclare que le pardon de dieu lui a été accordé et qu’elle en jouit désormais. Les autres invités réagissant comme les pharisiens et les scribes lors du pardon accordés au paralytique (5, 20-21), jésus explicite alors la démarche de salut. L’amour que cette femme a manifesté envers lui montre qu’elle a fait totalement confiance en Dieu et en son envoyé ; l’image qu’elle se fait de dieu est juste, alors que le pharisien en a une représentation faussée. La foi de la femme a été le point de départ d’une démarche de conversion auprès de Jésus, elle est la cause de son salut.

____________________
Deviens ce que tu reçois !!!! Le Corps du Christ. St Augustin.
Revenir en haut
Carole
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2008
Messages: 35 735
Localisation: Canada
Féminin

MessagePosté le: Jeu 19 Sep 2013 - 19:29    Sujet du message: Luc 7, 36-50

Celui à qui il sera beaucoup pardonné , saura aimer beaucoup.
____________________
Seigneur, qu'est-ce que l'homme pour que tu en fasses si grand cas? Qu'est-il pour que ton coeur lui soit ouvert?
Revenir en haut
Thomas
Frère Serviteur
Frère Serviteur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2007
Messages: 42 234
Localisation: Québec
Masculin

MessagePosté le: Jeu 19 Sep 2013 - 19:55    Sujet du message: Luc 7, 36-50


____________________
Le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire. Jean 1, 14 L'humain est un apprenti. L'histoire s'écrit avec Dieu.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Martine
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2007
Messages: 40 221
Localisation: Ramillies
Féminin

MessagePosté le: Ven 20 Sep 2013 - 02:35    Sujet du message: Luc 7, 36-50

L’amour est la réponse humaine à la remise des dettes et des péchés par Dieu. Comme les publicains – d’autres pécheurs publics – (
____________________
Jésus tu es mon bien aimé pour l éternité!
Revenir en haut
MSN
eli29s
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2010
Messages: 3 591
Localisation: 29000 Quimper

MessagePosté le: Sam 21 Sep 2013 - 05:58    Sujet du message: Luc 7, 36-50

Oui Caro c'est la reflexion que je me suis faite !

et tous les MAUX sont conséquences des MOTS .... qui font mal et qui détruisent la personne !
____________________
Deviens ce que tu reçois !!!! Le Corps du Christ. St Augustin.
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Sam 21 Sep 2013 - 08:21    Sujet du message: Luc 7, 36-50

C'est vrai qu'encore, Aujourd'hui, on aurait tendance à réagir comme les pharisiens; en disant, pourquoi Dieu s'occupe de ses grands pécheurs
qui n'en valent pas la peine.
Le comportement de cet hôte est très caractéristique : il a fait son invitation parce que les guérisons physiques accomplies par Jésus – peut être aussi son enseignement – lui font penser qu’il affaire à un prophète ; mais Jésus pose en même temps d’autres gestes – l’accueil des pécheurs et des exclus  - qui sont incompatibles avec l’idée qu’il se fait d’un envoyé de Dieu.
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
eli29s
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2010
Messages: 3 591
Localisation: 29000 Quimper

MessagePosté le: Sam 21 Sep 2013 - 12:56    Sujet du message: Luc 7, 36-50

Et pour montrer à Simon l'amour de Dieu, il prend le temps de lui raconter une petite histoire pour lui faire prendre conscience que Dieu aime au dela de nos propres raisonnements. Il ne calcule pas du tout comme nous ! On se demande pourquoi cette histoire tombe au milieu de tout mais c'est mal connaître Jésus qui connaît bien les pensées de l'homme !

Les pharisiens se sont souvent opposés à Jésus, on peut donc s'étonner de voir ici un pharisien inviter Jésus à sa table. En effet, le terme pharisien signifie "séparé". Un pharisien est un homme profondément religieux, très attaché, non seulement à la Loi, mais aussi aux divers règelements qui précisaient d'une façon assez méticuleuse, comment vivre cette Loi. Pour ne pas encourir une quelconque impureté, un pharisien évite tout contact avec ceux qu'ils estiment "impurs". Or Jésus a un comportement qui, peut être qualifié de peu orthodoxe par les chefs religieux.
____________________
Deviens ce que tu reçois !!!! Le Corps du Christ. St Augustin.
Revenir en haut
eli29s
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2010
Messages: 3 591
Localisation: 29000 Quimper

MessagePosté le: Sam 21 Sep 2013 - 13:01    Sujet du message: Luc 7, 36-50

Je vous invite à relire certains passages :

"Survint une pécheresse ..." v.37

"si cet homme était un prophète" v.39

"Simon j'ai quelque chose à te dire" v.40

Je vous donnerai l'explication de ces trois phrases, à vous de chercher ce qu'elles veulent donner comme sens ?
____________________
Deviens ce que tu reçois !!!! Le Corps du Christ. St Augustin.
Revenir en haut
eli29s
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2010
Messages: 3 591
Localisation: 29000 Quimper

MessagePosté le: Dim 22 Sep 2013 - 05:50    Sujet du message: Luc 7, 36-50


A propos des trois questions ! des réponses possibles.

« Survint une pécheresse »

Le verbe, au passé simple, signifie qu’il s’agit d’un acte inattendu, imprévu. La femme n’aurait jamais osé entrer chez un pharisien si elle n’avait pas su que jésus y était. Quelqu’un, qui est resté inconnu mais dont le rôle a été important, lui a vraisemblablement appris que Jésus avait, envers les pécheurs, un comportement bien différent des chefs religieux de Jérusalem et qu’il avait une conception nouvelle du pardon de Dieu.

La femme st dite « pécheresse », on ne sait pas pourquoi. Le v. 38 ne suffit pas non plus à donner le sens profond de sa démarche, ni de ses larmes. En tout cas il lui a donc fallu un courage et une foi extraordinaires pour franchir cette porte … Si, pour le moment, Jésus ne semble pas réagir, du moins il ne l’a rejette pas. Par contre, le pharisien parait regretter d’avoir invité Jésus. Ce qui se passe chez lui est inacceptable. Sa réputation est en jeu, la situation est grave pour lui, sa maison devient légalement « impure ». Cependant il n’ose intervenir. La présence de Jésus évite la rupture, empêche l’exclusion de la femme.

« Si c’est homme était un prophète » … cette phrase nous apprend que Simon a invité Jésus parce qu’il le croyait « prophète », porte-parole de Dieu, c’est d’ailleurs ce qu’avaient proclamé les témoins de la résurrection d’un jeune homme de Naïm (Lc 7,16). Le fait que Jésus se laisse toucher le trouble. Il doit penser : « Sa qualité de Prophète aurait dû lui permettre de voir que « cette femme est une pécheresse » qu’il devrait mettre dehors. Or, Jésus se laisse toucher, il ne serait donc pas Prophète » !

Le pharisien ne s’interroge nullement sur la personne de cette femme, ni sur les raisons de sa situation … Il l’a réduit à son péché. Lorsque Jésus ira loger chez le publicain Zachée, ses compagnons de route auront la même attitude : « il est allé loger chez un pécheur » (Lc 19, 7). Ce jugement de condamnation est un obstacle majeur à la rencontre. Le pharisien ne rencontre pas la femme, à cause de ses péchés, il est également en train de s’éloigner de Jésus qui n’a pas exclu une pécheresse. Jésus, qui connaît et  comprend les sentiments du pharisien, prend alors la parole. Comme toujours, il cherche à éduquer la foi de ses auditeurs et à apporter à chacun la paix, le salut.

« Simon, j’ai quelque chose à te dire … » jésus s’adresse au pharisien en l’appelant par son nom, ce qui signifie qu’il lui parle avec amour (cf. Is 43, 1-4). Mis en confiance, Simon lui répond : « parle, Maître », le contact est rétabli, il est prêt à l’écouter comme on écoute un Maître. Jésus lui raconte alors la parabole des deux débiteurs. Une parabole est une histoire fictive qui met en scène des personnages de la vie concrète, elle permet souvent de renouer une relation fortement compromise (comme ici). Les auditeurs d’une parabole sont conduits à porter un jugement sur les comportements de tel personnage, sans se rendre compte qu’ils sont impliqués dans l’histoire. Simon n’a aucun mal à répondre que celui qui aimera le plus le créancier c’est celui a qui on a fait grâce de la plus forte dette. Les deux mots : grâce et amour sont ici souligner pour comprendre le message.

Simon ne se rend pas compte que les deux débiteurs sont : lui et la femme et que le créancier c’est Dieu. Jésus va l’aider à comprendre en opposant son attitude à celle de la femme qu’il veut valoriser. Simon n’a pas respecté les rites d’accueil ? Certes, Jésus n’est pas attaché à ces rites (cf. Mt 15, 20), mais il fait constater que, contrairement à la femme, il a montré peu d’amour. Inconsciemment, Simon a donc reconnu que la femme avait déjà accueilli le pardon (l’amour) de Dieu. C’est le sens des v. 47 et 48 : « Si je te le dis : ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, c’est parce qu’elle a montré beaucoup d’amour. Mais celui a qui on pardonne peu montre peu d’amour. » Puis il s’adressa à la femme : « tes péchés sont pardonnés. »

Jésus sait que tout amour vient de Dieu, que nul ne peut aimer s’il n’a d’abord été aimé et s’il n’a accueilli cet amour. Jésus lit donc les marques d’amour donnés par la femme comme autant de signes de l’accueil qu’elle a fait au pardon de Dieu. Il comprend que cette femme a une foi extraordinaire : elle est venue rendre grâce à Dieu pour le pardon qui lui a été accordé. Ses larmes disent, sans doute, son regret d’avoir péché, mais surtout sa joie, sa reconnaissance pour le pardon reçu. Sa présence montre qu’elle reconnaît Jésus comme porte-parole de Dieu (Prophète).

Les invités s’interrogent sur l’identité de Jésus, il semble qu’ils voient un homme de Dieu puisqu’ils ne mettent pas en doute le fait que les péchés de cette femme ont été pardonnés.

Il reste une inconnue : la décision de Simon. Va-t-il partager la foi de cette femme ou l’exclure ? Sa décision est suspendue à une condition : il doit accepter de croire que le pardon de Dieu est gratuit et permanent, croire, comme Jésus que les gestes de cette femme sont les signes qu’elle a accueilli le pardon de Dieu, signes qu’elle n’est plus pécheresse. C’est donc lui qui est pécheur puisqu’il a montré peu d’amour ! Va-t-il, comme la femme s’ouvrir au pardon de Dieu ?

En ne précisant pas ce que va faire Simon, l’évangéliste nous pose, à tous, certaines questions :

-        Quel est notre comportement à l’égard des gens que nous considérons comme « pécheur » ?

-        Croyons-nous que le pardon de Dieu est gratuit, sommes-nous prêts à l’accueillir ?

-        Quel Dieu annonçons-nous ? : Un Dieu punisseur qui exclut les pécheurs ou celui que Jésus révèle en affirmant : « Je ne suis pas venu pour juger ou condamner mais pour sauver » (cf Mt 9, 13 ; Mc 2, 17 ; Lc 19, 10 ; Jn 12, 47).

 

Admirons la foi de cette femme qui est bien en avance sur les conceptions que l’on avait alors du pardon de Dieu. Elle croit que le pardon de Dieu est gratuit, condition et non conséquence de la conversion. Jésus reconnaît que la femme avait de nombreux péchés, mais il l’accepte telle qu’elle est, sans la juger, ainsi il l’a sauve. Cela doit nous donner confiance : quelle que soit la gravité de nos péchés, Dieu nous offre son pardon. Dieu est celui qui ne nous retire jamais son amour. Il est fidèle, sa miséricorde infinie. Telle est la Bonne Nouvelle que nous livre cette scène d’Évangile.

 

Théophile Penndu. Bibliste.

____________________
Deviens ce que tu reçois !!!! Le Corps du Christ. St Augustin.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:51    Sujet du message: Luc 7, 36-50

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Catholique Chretien Jesus est Seigneur Index du Forum -> AVANCE EN EAU PROFONDE -> ¤0¤ Messe + Livre des Jours ¤0¤ -> Commentaires ¤ Évangile
Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
 Sauter vers:   

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group :: MaxiBlue V1 :: Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com