Forum Chrétien Jesus est Seigneur Index du Forum
  FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
Jean 20, 19-31


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Catholique Chretien Jesus est Seigneur Index du Forum -> AVANCE EN EAU PROFONDE -> ¤0¤ Messe + Livre des Jours ¤0¤ -> Commentaires ¤ Évangile
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
eli29s
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2010
Messages: 3 591
Localisation: 29000 Quimper

MessagePosté le: Lun 16 Avr 2012 - 11:00    Sujet du message: Jean 20, 19-31

PublicitéSupprimer les publicités ?
Jean 20, 19-31
   La venue du Seigneur (v. 19-20)
   La scène se déroule le soir de la même journée. Les épisodes précédents ne semblent pas avoir modifié le comportement des disciples (on peut penser que les disciples désignent ici les onze, même si Lc 24, 33 adjoint aux Onze « leurs compagnons »). Ceux-ci vivent dans la peur et l’enfermement. C’est dans ce milieu clos que surgit Jésus. Sa présence n’est plus soumise aux lois physiques et aux contraintes naturelles qui sont celles de l’homme avec son corps. Il n’est pas dit qu’il traverse les murs : simplement qu’il peut se rendre présent autrement que les humains.
   Sa venue est, comme de son vivant, source de paix. « Shalom ! » leur dit-il, ce qui n’est pas seulement un souhait de courtoisie, mais signifie le don effectif du salut, de la joie, et de la paix. Les traces de la crucifixion sur les mains et le côté de Jésus attestent que, malgré les conditions extraordinaires de la manifestation de Jésus, l’évangéliste ne veut pas que les lecteurs le prennent pour un fantôme, c’est-à-dire quelqu’un de différent du crucifié. Certes la présence physique ordinaire de Jésus a pris fin, mais celui qui est là au milieu d’eux  est le seigneur Jésus, c’est-à-dire le même que celui qu’ils ont connu et aimé, mais désormais transfiguré par la Résurrection. La crainte s’efface, les disciples entrent dans la joie.
   L’envoi (v. 21-23)
   Les apparitions ne sont pas une fin en soi. Elles débouchent sur une mission. « Comme » : ce n’est pas seulement une comparaison, c’est un fondement et un enracinement. Les disciples sont envoyés (littéralement « faits apôtres ») pour prolonger l’action de Jésus. C’est la première fois que Jean attribue dans son évangile le titre d’apôtres aux Onze. Le thème de l’envoi a déjà été exposé plus largement dans le discours sacerdotal (17, 17-19). Comme l’Esprit était descendu sur Jésus (1, 33-34), Jésus, que Dieu a fait Seigneur, insuffle (même verbe grec ici qu’en (Gn 2, 7) la puissance de l’Esprit sur les disciples (cf. 14, 26). Lui qui vient de faire l’expérience de la mort se révèle ici maître de la vie. Eux jusque-là craintifs, sont investis d’une force divine. Comme Dieu, puis comme son envoyé Jésus, ils peuvent remettre les péchés, c’est-à-dire purifier du péché dans la puissance de la mort de Jésus. L’Esprit les relie tellement étroitement à Dieu, que lorsqu’ils pardonnent aux hommes ou maintiennent leurs péchés, c’est Dieu qui par eux pardonne et maintient les péchés. Nous avons ici une forme grammaticale appelée « passif divin » qui évite par la voie passive de nommer Dieu. On pourra traduire ainsi : « Tout homme à qui vous remettrez … Dieu lui remettra ses péchés … Tout homme … Dieu lui maintiendra ses péchés. »
Cette venue du Seigneur, comme la suivante se déroule « le jour du Seigneur », c’est-à-dire au moment du rassemblement liturgique des premiers chrétiens, temps privilégié de la présence du Seigneur à sa communauté et moment, chaque fois réactualisé lorsqu’ils se réunissent pour la fraction du pain, de leur envoi dans le monde.
   Thomas : croire sans voir (v. 24-29)
   L’absence de Thomas permet au narrateur d’introduire la scène suivante. L’incroyance de Thomas est fortement soulignée, puisqu’elle s’exprime quasiment dans les mêmes termes qu’en 4, 48 : « Si vous ne voyez signes et prodiges, vous ne croirez donc jamais. » Thomas, qui pourtant invitait ses compagnons à accompagner Jésus dans sa mort (11, 16) répugne à les accompagner dans leur foi en Jésus vivant. Sa faute est double : d’abord ne pas croire au témoignage des apôtres, ensuite douter de Jésus ressuscité.
   La seconde venue de Jésus est décrite dans les mêmes termes que la première. Mais l’incrédulité de Thomas permet à l’évangéliste de réaliser un double objectif : d’abord l’insistance sur les marques des plaies accentue la continuité et la cohérence entre Jésus crucifié et le Jésus glorifié. C’est l’élévation sur la croix qui constitue la révélation suprême de l’amour du Père et la glorification du Fils. Ensuite, la foi retrouvée de Thomas l’incroyant va au-delà de celle des disciples puisqu’il donne à Jésus le titre le plus grand de tout l’évangile : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Parmi tous les titres de Jésus qui se sont déclinés entre le premier chapitre et celui-ci, nous arrivons à un sommet que les définitions dogmatiques ultérieures ne dépasseront pas. Entre le « Verbe qui était Dieu » du début (1,1) et la confession que Jésus est « Seigneur et Dieu », tout est dit. Il est révélateur que celui qui témoigne de cette vérité soit celui-là qui ne voulait pas croire au témoignage des apôtres.
   La béatitude finale constitue une conclusion de tout l’évangile et une reprise d’un thème majeur du judaïsme : entre le voir et le croire, le spectacle et l’écoute, la parole démontrée, c’est le second terme qui constitue la condition normale et idéale du croyant. Même ceux qui ont vu ont du croire au-delà de ce qu’ils voyaient. Le verbe dès l’instant où il est devenu « chair » n’a laissé voir que la chair, c’est-à-dire l’humanité à ses disciples où pourtant il fallait « voir Dieu manifesté en gloire ». Nous sommes bienheureux, nous les destinataires de l’évangile, qui n’avons pas vu, si, par le témoignage des apôtres, nous adhérons au Christ et devenons croyants.
v. 30-31 Conclusion
   Ces deux versets formaient la conclusion de l’évangile avant que le chapitre 21 n’ait été ajouté. Jean est le seul des évangélistes qui a inséré une conclusion à son ouvrage. Il donne à l’usage de ses futurs lecteurs deux précisions importantes :
   D’abord, il reconnaît avoir volontairement fait une sélection dans les faits concernant Jésus. Il faudra s’en souvenir chaque fois que Jean reste silencieux sur certains épisodes de la vie de Jésus rapportés par les synoptiques et ne pas conclure trop vite qu’il les ignorait. En désignant les disciples comme destinataires de ses signes, Jean pense surtout à ses lecteurs, devenus disciples, sans avoir vu les signes opérés durant sa vie.
   Ensuite et surtout, il précise son objectif : conforter les disciples dans leur foi en Jésus, à la fois comme Messie promis par les Écritures et Fils de Dieu, de telle sorte que les disciples aient la vie par Jésus.
Ainsi le lecteur dispose d’une clé de lecture. L’évangile n’est pas un livre ordinaire fait pour distraire le lecteur, mais un livre de vie doté de la même force de conviction et de la même puissance de vie que Jésus du temps de sa vie terrestre. Pour les lecteurs qui vivent dans le temps de l’absence physique du Christ, le livre est là, disponible pour que de la rencontre entre les lecteurs et le livre, naisse la Vie par la foi en Jésus, Messie et Fils de Dieu.
____________________
Deviens ce que tu reçois !!!! Le Corps du Christ. St Augustin.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:33    Sujet du message: Jean 20, 19-31

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Catholique Chretien Jesus est Seigneur Index du Forum -> AVANCE EN EAU PROFONDE -> ¤0¤ Messe + Livre des Jours ¤0¤ -> Commentaires ¤ Évangile
Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
 Sauter vers:   

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group :: MaxiBlue V1 :: Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com