Forum Chrétien Jesus est Seigneur Index du Forum
  FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
Natalité/Jonathan


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Catholique Chretien Jesus est Seigneur Index du Forum -> PARTAGES ET QUESTIONS -> ¤ 0 ¤ Questions ! ¤ Foi enflammée ¤ 0 ¤ -> Chrétiens en l'actualité ¤ Foi ¤ Réalité humaine
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Carole
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 03 Avr 2008
Messages: 35 735
Localisation: Canada
Féminin

MessagePosté le: Ven 17 Fév 2012 - 19:14    Sujet du message: Natalité/Jonathan

PublicitéSupprimer les publicités ?
http://unipop.blogspot.com/2007/08/surpopulation-et-contrle-de-la-natalit.h…



Surpopulation et contrôle de la natalité par Jonathan 




Anonyme a dit… Paradoxe qu'il faudra qu'on m'explique un jour: Pourquoi les personnes qui défendent le plus farouchement "la vie", qui défendent à la femme de planifier sa maternité, sont ceux qui contribuent le moins à la reproduction de la vie (les prêtres)?
20 août 2007 15:17
Réponse de Jonathan 

En réponse à ce commentaire «anonyme», voici une réponse brève et une explication à une interrogation sur ce qui est appelé ici un «paradoxe». J'espère que mon interlocuteur anonyme, qui demande cette explication, saura accueillir cette réponse comme le signe d'une discussion sincère et honnête, dans la recherche commune de la clarté sur la réalité vécue.

Il faut d'abord clarifier certaines choses.

Premièrement, il faut étudier le raisonnement qui conduit à une l' affirmation proposée en ce commentaire, soit que :

«les personnes qui défendent le plus farouchement la vie sont ceux qui contribuent le moins à la reproduction de la vie ».

Étiudions cet «axiome». Qu'est-ce qu'un axiome ? La petite encyclopédie nous rappelle que «pour certains philosophes grecs de l'antiquité cela représentait une affirmation qu'ils considéraient comme évidente et qui n'avait nul besoin de preuve.»

Donc, pour comprendre cet «axiome», disons d'emblée que le raisonnement qui pose une contradiction entre la promotion de la vie, du mariage, de la pro-création et de l'éducation des enfants et l'engagement dans la vie religieuse (donc, pas seulement les prêtres, mais tous les frères et soeurs des instituts, ordres, congrégations, mouvements apostoliques et missionnaires divers etc.), apparaît à première vue comme logique. En effet, si le prêtre (pour prendre l'exemple de cette vocation) choisit librement et volontairement de faire voeu perpétuel de chasteté, n'est-il pas un peu étrange que sans cesse il répète et enseigne la beauté de l'engagement dans le mariage, de la pro-création et de l'éducation de la famille ? N'y a-t-il pas contradiction ? Ne devrait-il pas tout simplement se marier et «Faire» des enfants ? À première vue, tout cela semble «bien paradoxal».

Allons un peu plus loin.
J'aimerais vous présenter une autre vue, en invitant à porter, quelques instants du moins, une nouvelle lunette d'approche pour sonder ce mystère.

Cet exercice permet je le crois de lever cette contradiction apparente pour comprendre la logique intrinsèque et le lien fondamental qui existe entre la Chasteté et le mariage, entre la chasteté et la pro-création. Car au fond, ce qui est au coeur de la question, c'est la chasteté.

L'Église catholique, fidèle à l'enseignement de l'écriture sainte, de la tradition des saints et saintes de tous les temps, enseigne d'une même voix, depuis toutes les contrées de la terre, dans la communion, que :

La chasteté signifie l’intégration réussie de la sexualité dans la personne et par là l’unité intérieure de l’homme dans son être corporel et spirituel. La sexualité, en laquelle s’exprime l’appartenance de l’homme au monde corporel et biologique, devient personnelle et vraiment humaine lorsqu’elle est intégrée dans la relation de personne à personne, dans le don mutuel entier et temporellement illimité, de l’homme et de la femme.

La vertu de chasteté comporte donc l’intégrité de la personne et l’intégralité du don. Cela vaut tant pour le couple marié que pour le religieux consacré ou le prêtre. La chasteté est avant toute chose disponibilité à l'autre, Présence, écoute, don intégral de la personne.

Un discours actuel réduit la vertu de chasteté en l'assimilant à un REFUS. Bien-sûr, il y a dans la chasteté une continence qui implique un refus de poser certains actes, de laisser libre cours à certaines paroles et pensées, mais la chasteté est avant tout une Réponse, un OUI, une acceptation, d'une disposition qui concerne toute la personne dans ses différentes facultés, jusqu'à sa présence aux autres dans la vie des sens.

La personne chaste maintient l’intégrité des forces de vie et d’amour déposées en elle. Cette intégrité assure l’unité de la personne, elle s’oppose à tout comportement qui la blesserait. Elle ne tolère ni la double vie, ni le double langage (cf. Mt 5, 37).

La chasteté comporte un apprentissage de la maîtrise de soi, qui est une pédagogie de la liberté humaine. L’alternative est claire : ou l’homme commande à ses passions et obtient la paix, ou il se laisse asservir par elles et devient malheureux (cf. Si 1, 22).

" La dignité de l’homme exige de lui qu’il agisse selon un choix conscient et libre, mû et déterminé par une conviction personnelle et non sous le seul effet de poussées instinctives ou d’une contrainte extérieure. L’homme parvient à cette dignité lorsque, se délivrant de toute servitude des passions, par le choix libre du bien, il marche vers sa destinée et prend soin de s’en procurer réellement les moyens par son ingéniosité " (GS 17).

Celui qui veut demeurer fidèle aux promesses de son Baptême et résister aux tentations veillera à en prendre les moyens : la connaissance de soi, la pratique d’une ascèse adaptée aux situations rencontrées, l’obéissance aux commandements divins, la mise en œuvre des vertus morales et la fidélité à la prière. "La chasteté nous recompose ; elle nous ramène à cette unité que nous avions perdue en nous éparpillant " (S. Augustin, conf. 10, 29).

La vertu de chasteté est placée sous la mouvance de la vertu cardinale de tempérance, qui vise à imprégner de raison les passions et les appétits de la sensibilité humaine.

La chasteté est une vertu morale. Elle est aussi un don de Dieu, une grâce, un fruit de l’œuvre spirituelle (cf. Ga 5, 22). Le Saint-Esprit donne d’imiter la pureté du Christ (cf. 1 Jn 3, 3) à celui qu’a régénéré l’eau du Baptême.

La charité est la forme de toutes les vertus. Sous son influence, la chasteté apparaît comme une école de don de la personne. La maîtrise de soi est ordonnée au don de soi. La chasteté conduit celui qui la pratique à devenir auprès du prochain un témoin de la fidélité et de la tendresse de Dieu.

La vertu de chasteté s’épanouit dans l’amitié. Elle indique au disciple comment suivre et imiter Celui qui nous a choisis comme ses propres amis (cf. Jn 15, 15), s’est donné totalement à nous et nous fait participer à sa condition divine. La chasteté est promesse d’immortalité.

La chasteté s’exprime notamment dans l’amitié pour le prochain. Développée entre personnes de même sexe ou de sexes différents, l’amitié représente un grand bien pour tous. Un très grand bien, et il faut le redire activement aujourd'hui, à une époque où beaucoup de jeunes sont dans la confusion face à l'engagement dans la vie de couple et les relations d'amitiés. L'amitié, élevée sur la chasteté, conduit à la communion spirituelle. C'est un trésor.

Tout baptisé est appelé à la chasteté. Le chrétien a " revêtu le Christ " (Ga 3, 27), modèle de toute chasteté. Tous les fidèles du Christ sont appelés à mener une vie chaste selon leur état de vie particulier. Au moment de son Baptême, le chrétien s’est engagé à conduire dans la chasteté son affectivité.

La chasteté doit qualifier les personnes suivant leurs différents états de vie : les unes dans la virginité ou le célibat consacré, manière éminente de se livrer plus facilement à Dieu d’un cœur sans partage. Les personnes mariées sont appelées à vivre la chasteté conjugale, ordonnée à la procréation qui est une finalité et une expression de l'Amour conjugal ; les autres pratiquent la chasteté dans la continence :

Il existe trois formes de la vertu de chasteté : l’une des épouses, l’autre du veuvage, la troisième de la virginité. Nous ne louons pas l’une d’elles à l’exclusion des autres. C’est en quoi la discipline de l’Église est riche (Saint.Ambroise, vid. 23 : PL 153, 255A).

La luxure est un désir désordonné ou une jouissance déréglée du plaisir vénérien. Le plaisir sexuel est moralement désordonné, quand il est recherché pour lui-même, isolé des finalités de procréation et d’union. Il est moralement bon, lorsqu'expression de l'Amour conjugal et de l'accueil de la responsabilité parentale dans l'accueil de l'enfant à naître.

Le voeu de chasteté du prêtre implique en lui-même une disponibilité intégrale à l'autre, qui engage toute sa vie, sexuelle, affective, morale, intellectuelle, spirituelle. La chasteté est au Service de la fécondité, sinon elle s'étouffe sur elle-même. Cette fécondité s'exprime de différentes manières selon les personnes. Je pense à cette amie, femme dans la cinquantaine, qui a choisit le célibat dans la chasteté et qui accueille et éduque chez elle plus de 35 jeunes, pour la plupart handicapés ou abandonnés. Sa maison est un véritable foyer de charité et de vie, où la joie de vivre rayonne. Sa consécration, le don total qu'elle fait d'elle-même en choisissant librement ce service de l'autre est-il opposé à la «reproduction de la vie» ? Je pose la question. Les milliers de regards de Mère Térésa étaient-ils opposés à la vie, alors qu'elle accueillait les lépreux de calcutta, après avoir prié devant la Sainte Croix ? Le prêtre qui accompagne 35 couples vers le mariage, qui célèbre les funérailles de la femme du quartier que personne n'a vu mourir, il contribue le moins à la génération de la vie !!??


On peut individuellement ne pas saisir le mystère (qu'il est grand le mystère de la Foi!) de ces millions de personnes qui ont dit OUI à vivre la Chasteté dans leur vie, que ce soit comme mari et femme, veuve, prêtre, diacre, frère dominicain ou jésuite, ursuline ou soeur de la charité de Québec ; soit : mais on peut accepter que celui qui choisit cette voie ne le fait pas pour refuser l'engagement avec l'autre sexe dans le mariage. D'ailleurs, un jeune homme qui se présenterait à la formation vers la Prêtrise en fondant sa démarche sur le dédain ou la peur de l'engagement avec une femme ou de la paternité dans la famille, serait vite invité à reméditer sa vocation... Le mariage est une belle vocation, c'est pourquoi le religieux est heureux de le célébrer avec eux et dans le souci du bien de l'Épouse et de l'Époux. Il n'y a pas de contradiction, mais comminion spirituelle, et eucharistique, de chrétiens réunis à la même table, devant le même Dieu, pour le même Salut, celui de la Croix Glorieuse de Jérusalem, qui est la Victoire de l'Amour, une fois pour toutes, sur toutes les puissances du mal.

Revenons pour conclure cette réponse à l'autre dimension de l'affirmation du commentaire, qui prétend que ces mêmes personnes (lire : les prêtres, les religieux, ou toute autre autorité parlant au nom de l'Église catholique) «défendent à la femme de planifier sa maternité». Je dirai simplement, d'abord, que la pro-création implique aussi l'Homme, et la planification de la Paternité. Je précise, car la phrase ainsi formulée pourrait sembler présenter la grossesse comme une prérogative qui ne concernerait que la femme dans son droit à l'auto-détermination. Disons simplement que l'avortement ne fera jamais partie de la planification de la maternité (ni de la paternité), mais de la planification d'un crime organisé, aux tristes conséquences (prions). Ainsi, celui qui veut promouvoir la vie est dans le devoir de s'opposer à toute initiative visant à la détruire.

La promotion de la chasteté comme vertu dans le couple s'insère dans la planification des naissances, dans le respect des processus biologiques naturels, pour le bien des époux et celui des enfants.

Merci à mon interlocuteur anonyme pour cette question qui aura permis sans doute d'aborder quelque chose de fondamental dans la vie de l'Église et la culture de ce temps. Tout cela est constructif, comme tout dialogue sincère, qui se vit dans la Paix et le respect de la vie, de la liberté religieuse, de la liberté de culte, de pensée, de conscience et de parole.

Le Québec s'accomode raisonnablement de la prédication catholique, n'est-ce pas ? Espérons que cela sera une des conclusions publiques de la Commission Bouchard/Taylor...

Dans une amitié que je souhaite partagée.. du fond du coeur, je souhaite une bonne fin de journée à mon ou mes lecteurs... et je signe mon nom, celui de mon baptême... qui signifie en Hébreux «Dieu Donne»,

Jonathan, Séminariste, Québec. 
____________________
Seigneur, qu'est-ce que l'homme pour que tu en fasses si grand cas? Qu'est-il pour que ton coeur lui soit ouvert?
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:36    Sujet du message: Natalité/Jonathan

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Catholique Chretien Jesus est Seigneur Index du Forum -> PARTAGES ET QUESTIONS -> ¤ 0 ¤ Questions ! ¤ Foi enflammée ¤ 0 ¤ -> Chrétiens en l'actualité ¤ Foi ¤ Réalité humaine
Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
 Sauter vers:   

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group :: MaxiBlue V1 :: Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com