Forum Chrétien Jesus est Seigneur Index du Forum
  FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
Zénit: Journal Catholique
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6  >

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Catholique Chretien Jesus est Seigneur Index du Forum -> AVANCE EN EAU PROFONDE -> ¤0¤ Médias ¤0¤ -> Zénit
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Thomas
Frère Serviteur
Frère Serviteur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2007
Messages: 42 237
Localisation: Québec
Masculin

MessagePosté le: Sam 15 Oct 2011 - 09:18    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

PublicitéSupprimer les publicités ?
Zénit: Journal Catholique

http://www.zenit.org/index.php?l=french
____________________
Le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire. Jean 1, 14 L'humain est un apprenti. L'histoire s'écrit avec Dieu.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Thomas
Frère Serviteur
Frère Serviteur

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2007
Messages: 42 237
Localisation: Québec
Masculin

MessagePosté le: Ven 27 Jan 2012 - 20:50    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

ZF12012707 - 27-01-2012
Permalink: http://www.zenit.org/article-30002?l=french
Europe : L'euthanasie doit toujours être interdite

Résolution de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe

ROME, vendredi 27 janvier 2012 (ZENIT.org) – L’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a adopté, le 25 janvier 2012, une résolution stipulant que « l’euthanasie, entendue comme le fait de tuer intentionnellement – activement ou par omission – un être humain dépendant – soi-disant pour son bien – doit toujours être interdite ».

Cette résolution a été saluée, le 26 janvier, par le Centre européen pour la loi et la justice (European Centre for Law and Justice, ECLJ) comme « la première fois depuis des décennies que l’euthanasie est si clairement rejetée par une institution politique européenne ».

Pour l’ECLJ, il s’agit « d’une victoire majeure pour la protection de la vie et de la dignité » humaines, un an après que la Cour européenne a affirmé qu’il n’existe pas de « droit à l’euthanasie » ou au « suicide assisté » selon la Convention européenne.

Selon le directeur de l’ECLJ, Grégor Puppinck, une telle résolution devrait avoir « un impact direct sur le prochain jugement de la Cour européenne dans le cas Koch contre l’Allemagne sur le rejet du suicide assisté en Allemagne ».

Cette résolution (n°1859/2012) s’intitule : « Protection des droits humains et de la dignité humaine par la prise en compte des vœux des patients exprimés à l'avance » : elle entend préciser les principes qui doivent gouverner la pratique des « volontés » des personnes en vie, ou des « directives « indiquées à l’avance.

Selon Grégor Puppinck, « cette résolution est une indication claire qu’une majorité croissante d’Européens est contraire à l’euthanasie ».

Et même si cette résolution n’est pas légalement contraignante pour les Etats membres, elle ne peut qu’avoir une influence sur les législations et les jugements, particulièrement dans les décisions de la Cour européenne de justice, précise la même source.

Pour en savoir plus, on peut consulter la déclaration, en anglais de l’ECLJ à cette adresse en ligne:
http://eclj.org/Releases/Read.aspx?GUID=523390dc-784d-4b07-8919-34ba10adccb…
____________________
Le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire. Jean 1, 14 L'humain est un apprenti. L'histoire s'écrit avec Dieu.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Jeu 8 Nov 2012 - 15:05    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Anita Bourdin
ROME, mercredi 10 octobre 2012 (ZENIT.org) – Le pape invite les familles à prier la Vierge Marie pour faire l’expérience « de la présence consolante de  l’Esprit Saint »
Le pape a en effet salué les jeunes, les malades et les nouveaux mariés, au terme de l’audience de ce mercredi 10 octobre, place Saint-Pierre.
Il les a invités à « tourner leurs pensées vers la Vierge Marie » honorée en ce mois d’octobre comme la « Reine du Rosaire ».
« Persévérez ensemble dans la prière avec Marie, chers nouveaux mariés,  comme les Apôtres au Cénacle, et vos familles feront l’expérience de la présence consolante de l’Esprit Saint », a affirmé le pape.
« Regardez vers elle, chers jeunes, a dit le pape, vous, spécialement les étudiants des Ecoles des Filles de Marie auxiliatrice de Campanie et de la Basilicata, et soyez prêts à redire votre « Oui » au dessein d’amour que Dieu a pour chacun de vous ».
« Chers malades, a ajouté Benoît XVI, partagez vos souffrances avec Marie, en les offrant comme un don de salut pour vos frères ».
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Mar 4 Juin 2013 - 09:13    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Articles de cette section "Doc. du Pape François"
Marie va à contre-courantConclusion du mois de mai place Saint-PierreRome, 31 mai 2013 (Zenit.org) Pape François | 1047 clics

"Marie, à l’Annonciation, à la Visitation, aux noces de Cana, va à contre-courant; elle se met à l’écoute de Dieu, elle réfléchit et cherche à comprendre la réalité, et elle décide de se …
Lire la suite


L'Eucharistie, de l'anonymat à la communionHomélie du pape pour la Fête-DieuRome, 30 mai 2013 (Zenit.org) Pape François | 1272 clics

«C'est en écoutant sa Parole, en nous nourrissant de son Corps et de son Sang, que [le Christ] nous fait passer de l'état de multitude à l'identité de communauté, de l’anonymat à la communion …
Lire la suite


Que nos communautés soient de vraies famillesCatéchèse sur l'Eglise, 29 mai 2013Rome, 29 mai 2013 (Zenit.org) Pape François | 772 clics

"Demandons-nous aujourd’hui: est-ce que j’aime l’Église? Est-ce que je prie pour elle? Est-ce que je me sens membre de la famille de l’Église? Qu’est-ce que je fais pour qu’elle soit une …
Lire la suite


Impossible de séparer Jésus et l'EgliseCatéchèse en français, 29 mai 2013Rome, 29 mai 2013 (Zenit.org) Pape François | 567 clics

"Il est impossible de séparer Jésus de l’Eglise", a déclaré le pape François dans sa catéchèse en français, lors de l'audience générale de ce 29 mai 2013, place Saint-Pierre, en présence de …
Lire la suite


Aimez l'Eglise, elle est l'oeuvre de DieuMessage aux francophonesRome, 29 mai 2013 (Zenit.org) Pape François | 451 clics

"Aimez l’Eglise, elle est l’œuvre de Dieu", a demandé le pape François aux francophones, lors de l'audience générale de ce 29 mai 2013, place Saint-Pierre, en présence de quelque 90 000 …
Lire la suite
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Mer 5 Juin 2013 - 05:50    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Les chrétiens « corrompus » sont « amnésiques », souligne le pape, car ils ont « oublié l’amour de Dieu ». Ils font « beaucoup de mal à l’Eglise ».



Le pape François a évoqué trois « figures » de chrétiens dans l’Eglise – pécheurs, corrompus, saints – lors la messe qu’il a célébrée à la maison Sainte-Marthe hier, lundi 3 juin 2013, en présence des employés de la Congrégation pour la cause des saints. L’Osservatore Romano et Radio Vatican rapportent des extraits de son homélie.
« Des pécheurs, a fait observer le pape, il n’est pas nécessaire de parler trop, car nous le sommes tous. Nous nous connaissons de l’intérieur et nous savons ce qu’est un pécheur. Et si quelqu’un de nous se sent ainsi, il va faire une visite au médecin spirituel ».
Tout commence par l’amour
Les « corrompus », étaient aussi « pécheurs comme tous », mais ils ont fait « un pas supplémentaire » : ils se sont « affermis dans le péché et ne sentent pas le besoin de Dieu ». Ou du moins ils « croient ne pas le sentir » car « ce rapport à Dieu est inscrit dans le code génétique. Et comme ils ne peuvent pas le nier, ils se font un Dieu spécial : eux-mêmes », a poursuivi le pape.
Ces corrompus sont illustrés par la parabole évangélique du jour (Mc 12, 1-12), où Jésus parle du propriétaire d’une vigne, symbole du peuple de Dieu. Tout comme ce propriétaire prend soin de sa vigne, Dieu a appelé l’homme « avec amour », il le « protège ». Et « il lui donne la liberté, il donne tout cet amour “en location”. C’est comme s’il disait : garde et protège mon amour comme je t’ai protégé. C’est le dialogue entre Dieu et [l’homme] réserver l'amour. Tout commence par cet amour ».
Mais les vignerons auxquels la vigne est confiée se sont corrompus, a souligné le pape François : ils « se sont sentis forts, ils se sont sentis autonomes par rapport à Dieu ». « Ils se sont emparés de cette vigne; ils ont perdu le rapport avec le maître de la vigne ». Ils n’ont « plus besoin de Dieu, de ce patron ».
La grande amnésie
« Les corrompus sont de grands amnésiques, ils ont oublié cet amour avec lequel le Seigneur a fait la vigne, les a faits. Ils se sont coupés de ce rapport et de cet amour. Ils sont devenus adorateurs d’eux-mêmes », a expliqué le pape.
Personne n’est à l’abri du « danger » de « devenir corrompu », a-t-il mis en garde : « il y en a dans les communautés chrétiennes et ils font tant de mal. Jésus parle aux docteurs de la loi, aux pharisiens, qui étaient corrompus. Il leur dit qu’ils sont des sépulcres blanchis. Et dans les communautés chrétiennes les corrompus sont ainsi. On dit: Ah, c’est un bon chrétien, il appartient à telle confraternité; c’est l’un des nôtres. Mais pas du tout : ils sont pour eux-mêmes. »
« Judas a commencé par être un pécheur avare, il a terminé dans la corruption », car « la route de l’autonomie est une route dangereuse », a insisté le pape, avant de formuler le voeu suivant : « Que de mal font les corrompus dans les communautés chrétiennes ! Que le Seigneur nous libère du glissement sur la voie de la corruption !».
La grâce de se sentir pécheur
Evoquant le 50e anniversaire de la mort du bienheureux Jean XXIII « un modèle de sainteté », fêté le 3 juin, le pape a aussi parlé « des saints » : dans la parabole, les saints « sont ceux qui vont relever le loyer et ils savent ce qui les attend. Mais ils doivent le faire et ils font leur devoir. Les saints sont ceux qui obéissent au Seigneur, ceux qui adorent le Seigneur, ceux qui n’ont pas perdu la mémoire de l'amour avec lequel le Seigneur a fait la vigne. Les saints dans l’Eglise. Et de la même façon que les corrompus font tant de mal à l’Eglise, les saints font tant de bien ».
« Des corrompus, l’apôtre Jean dit qu’ils sont l’antéchrist, ils sont parmi nous, mais ne sont pas de nous. Des saints, la parole de Dieu en parle comme de la lumière : ce sont ceux qui seront devant le trône de Dieu, en adoration ».
« Demandons aujourd’hui au Seigneur la grâce de nous sentir pécheurs. Mais vraiment pécheurs. La grâce de ne pas devenir corrompus: pécheurs oui, corrompus, non. Et la grâce d’aller sur la route de la sainteté », a conclu le pape.
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Jeu 13 Juin 2013 - 08:22    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

A- A A+
Travail des enfants : le pape condamne cet "esclavage"Journée mondiale 2013 contre le travail des enfants
Rome, 12 juin 2013 (Zenit.org) | 464 clicsA l'occasion de la Journée contre le travail des enfants, ce 12 juin 2013, le pape condamnne cet "esclavage". Il souhaite que la Communauté internationale « mette en œuvre des mesures encore plus efficaces pour faire face à cette véritable plaie ».


« Tous les enfants doivent pouvoir jouer, étudier, prier et grandir dans leur famille, dans un environnement harmonieux, dans l’amour et la sérénité », a-t-il déclaré en italien, lors de l’audience générale de ce mercredi matin, place Saint-Pierre.
En effet, a-t-il ajouté, « une enfance sereine permet aux enfants de regarder avec confiance vers la vie et vers l’avenir. Malheur à ceux qui étouffent en eux l’élan joyeux de l’espérance ! »
Appel du pape en italien
C’est aujourd’hui, dans le monde entier, la Journée mondiale contre le travail des mineurs, avec une référence particulière à l’exploitation des enfants dans le travail domestique : ce phénomène déplorable est en augmentation constante, surtout dans les pays pauvres. Des millions de mineurs, en majorité des petites filles, sont victimes de cette forme cachée d’exploitation qui comporte aussi souvent abus, maltraitances et discriminations. C’est un réel esclavage !
Je souhaite vivement que la Communauté internationale puisse mettre en œuvre des mesures encore plus efficaces pour faire face à cette véritable plaie. Tous les enfants doivent pouvoir jouer, étudier, prier et grandir dans leur famille, dans un environnement harmonieux, dans l’amour et la sérénité. C’est leur droit et c’est notre devoir. Et tant de personnes, au lieu de les faire jouer, en font des esclaves : ça, c’est une plaie. Une enfance sereine permet aux enfants de regarder avec confiance vers la vie et vers l’avenir. Malheur à ceux qui étouffent en eux l’élan joyeux de l’espérance !
Traduction de Zenit, Hélène Ginabat
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho


Dernière édition par Marie le Mar 18 Juin 2013 - 04:22; édité 1 fois
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Jeu 13 Juin 2013 - 08:26    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Rome, 12 juin 2013 (Zenit.org) | 278 clics

« Prier pour ceux contre qui nous sommes en colère est un beau pas en avant dans cette loi de l’amour. Faisons-le aujourd’hui ! » : c’est l’exhortation du pape François ce 12 juin 2013, lors de l’audience générale.



Durant sa catéchèse, le pape a médité sur le sens et la vocation du « Peuple de Dieu », dont la loi est « la loi de l’amour, l’amour de Dieu et l’amour du prochain », un amour qui n’est pas « un sentimentalisme stérile ou quelque chose de vague », mais qui consiste à « reconnaître Dieu comme l’unique Seigneur de la vie et en même temps à accueillir l’autre comme un véritable frère, en dépassant les divisions, les rivalités, les incompréhensions, les égoïsmes ».
Déplorant la discorde et la « guerre » y compris « au sein du peuple de Dieu », et « dans les familles », le pape a encouragé à « bien comprendre cette loi de l’amour ».
Il a exhorté à poser un acte concret : « Faisons quelque chose aujourd’hui. Nous avons sans doute tous des sympathies et des antipathies ; peut-être que beaucoup d’entre nous sont un peu en colère contre quelqu’un ; alors disons au Seigneur : Seigneur, je suis en colère contre untel ou unetelle ; je te prie pour lui et pour elle. Prier pour ceux contre qui nous sommes en colère est un beau pas en avant dans cette loi de l’amour. Faisons-le aujourd’hui ! »
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Lun 17 Juin 2013 - 05:14    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

ROME, lundi 24 novembre 2003 (ZENIT.org) - Le Mouvement des Focolari, qui s'apprête à fêter ses 60 ans, a vu "fleurir des espaces de fraternité entre des millions de personnes" en se basant sur "l'art d'aimer" et en exerçant le charisme de l'unité à travers le dialogue. C'est ce qu'a expliqué la fondatrice du Mouvement, Chiara Lubich, dans un entretien accordé à l'hebdomadaire italien "Famiglia Cristiana", le 9 novembre dernier. L'Esprit Saint est le secret de la vitalité du Mouvement, affirme-t-elle.



Chiara Lubich fonda le Mouvement des Focolari, également connu sous le nom de l'"Œuvre de Marie", le 7 décembre 1943, pendant la deuxième guerre mondiale. Elle était alors enseignante et était âgée de 23 ans. Elle avait commencé à lire l'Evangile en compagnie de quelques amies, dans les abris, et à le mettre ensuite en pratique en venant en aide à ceux qui avaient tout perdu.

Le Mouvement est actuellement présent dans 182 pays dans les cinq continents. Il compte 140.000 membres, deux millions et demi d'associés et de sympathisants. Quelque 30.000 personnes non catholiques suivent également le Mouvement.

Chiara Lubich a fondé un courant de spiritualité centré sur l'amour exprimé dans l'Evangile, qui a suscité un mouvement de renouveau spirituel et social : la spiritualité de l'unité. Les personnes vivant cette spiritualité dans les cultures et les milieux les plus divers, ont permis que le dialogue porte des fruits dans quatre domaines en particulier : "le dialogue à l'intérieur de l'Eglise, le dialogue œcuménique entre les différentes confessions chrétiennes, le dialogue avec les autres religions et le dialogue avec ceux qui disent n'appartenir à aucune religion mais qui partagent des valeurs communes", explique Chiara Lubich.

"A la base de tout, il y a ce que nous appelons l'art d'aimer. Et nous voyons fleurir des espaces de fraternité entre des millions de personnes", explique-t-elle.

"Nous ne nous lassons pas de miser sur ce qu'il y a de plus précieux dans la vie des personnes individuelles et des peuples : l'amour, la charité qui s'ouvre à tous, qui est toujours la première à prendre l'initiative et qui se fait réciproque", affirme-t-elle.

"Dieu a donné aux Focolari le charisme de l'unité parce que c'était un besoin de notre temps, explique Chiara Lubich. Nous avons une longue expérience dans ce domaine, je dirais presque professionnelle, et après de nombreux obstacles et de nombreuses épreuves, nous sommes en mesure d'offrir un patrimoine d'idées et d'initiatives accumulé en plusieurs dizaines d'années d'engagement".
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Juil 2013 - 03:32    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Emmanuel Ruiz et ses compagnons, martyrs à DamasHospitalité pour de jeunes maronites

Le martyrologe romain fait aujourd'hui mémoire du bienheureux espagnol Emmanuel Ruiz et ses compagnons, martyrs à Damas (†1860).



Franciscain espagnol, né en 1804, le P. Emmanuel Ruiz était Gardien, c'est-à-dire supérieur du couvent de Damas, en Syrie, haut lieu de la conversion de l'apôtre saint  Paul.
Il avait pour compagnons six religieux espagnols, et un Autrichien: Carmel Volta, Pierre Soler, Nicolas Alberga, Engelbert Kolland et Ascagne Nicanor étaient prêtres. François Pinazo et Jean Jacob Fernandez, de simples religieux.
Le P. Emmanuel et ses sept frères tentèrent de résister à l'insurrection dirigée par les Druzes contre les chrétiens libanais en se barricadant. Car trois jeunes frères, des chrétiens Maronites, s'étaient réfugiés chez eux.
Mais leurs agresseurs eurent bientôt raison de leur faible défense. Faits prisonniers, les Franciscains refusèrent de renier leur foi et ils furent mis à mort dans leur couvent. 
Attirés dans un piège et dénoncés avec eux, les jeunes Maronites, François, Mootius et Raphaël Massabki, confessèrent leur foi et partagèrent les supplices des missionnaires jusqu'au martyre.
Le pape Pie XI les a béatifiés ensemble en 1926.
(10 juillet 2013) © Innovative Media Inc.

____________________

____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Mer 24 Juil 2013 - 06:40    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique


Autres articles
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Mer 28 Aoû 2013 - 09:04    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Rome, 28 août 2013 (Zenit.org) | 157 clics

Lourdes fête le 150e anniversaire de sa traditionnelle procession aux flambeaux, vendredi 30 et samedi 31 août 2013.



La procession a en effet été introduite en 1863 par le capucin Marie-Antoine de Lavaur, prénommé le "saint de Toulouse".
À l'initiative de l'Association pour la mémoire du père Marie-Antoine et en coordination avec les services diocésains des pèlerinages de Toulouse et de Rodez, le Sanctuaire de Lourdes fêtera cet anniversaire lors d’un pèlerinage "sur les pas du Père Marie-Antoine".
Selon un communiqué, le programme du pèlerinage propose notamment l'inauguration du buste du Père Marie-Antoine et de la plaque commémorant les 150 ans de la procession, samedi 31 août à 11h (à l'arrivée du Chemin de Croix des Espélugues).
La cérémonie se déroulera en présence de Mgr Robert Le Gall, archevêque de Toulouse, Mgr Jean Legrez, archevêque d'Albi, Mgr François Fonlupt, évêque de Rodez, du Père Hubert Calas, ministre provincial des Capucins de France et du Père Horacio Brito, recteur du Sanctuaire de Lourdes.
Le programme prévoit également un Chemin de Croix, une conférence sur le message de Lourdes et une messe à la Grotte le vendredi, ainsi que divers animations le samedi, avant de conclure par une procession mariale aux flambeaux à 21h.
(28 août 2013) © Innovative Media Inc.
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Ven 30 Aoû 2013 - 08:08    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Syrie : une semaine de prière pour la paixDu 30 août au 6 septembre 2013Rome, 30 août 2013 (Zenit.org) | 193 clics

L’Aide à l’Eglise en détresse (AED) organise une "Semaine de prière pour la paix en Syrie", du 30 août au 6 septembre 2013.



Dans un communiqué, l’AED explique que ce moment de prière était prévu pour le mois d’octobre, mois de la Vierge Marie et mois du Rosaire. Mais « après les nouvelles et les décisions de ces derniers jours », on ne peut plus « attendre », estime-t-elle.
« Le temps pour la prière, c’est maintenant : pour le peuple syrien, pour la paix. Nos frères de Syrie en ont besoin, plus que jamais », insiste la note.
Chaque jour pendant une semaine, du 30 août au 6 septembre, ceux qui le souhaitent sont invités à réciter la « Prière d’intercession pour la paix en Syrie » (ci-dessous), suivie d’une intention particulière rédigée à partir de témoignages de Syrie.
Prière d’intercession pour la paix en Syrie
Dieu de compassion,
Écoute les cris du peuple syrien,
Réconforte ceux qui souffrent à cause de la violence,
Console ceux qui pleurent leurs morts,
Fortifie les pays voisins de la Syrie dans leur secours et hospitalité pour les réfugiés,
Convertis les cœurs de ceux qui ont pris les armes,
Et protège ceux qui se dévouent à la paix.
Dieu d’espoir,
Inspire les dirigeants de choisir la paix au lieu de la violence
et de chercher la réconciliation avec leurs ennemis,
Inspire de la compassion à l’Église Universelle pour le peuple Syrien,
Et donne-nous l’espérance d’un avenir de paix fondé sur la justice.
Nous te le demandons par Jésus Christ Prince de la Paix et Lumière du monde,

Amen
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Sam 7 Sep 2013 - 12:12    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Lorsque des hommes courageux épargnent un enfant.Ils offrent un saint au monde


Le martyrologe fait aujourd’hui mémoire d’un saint qui a donné son nom à une ville des environs de Paris : saint Cloud, prêtre (VIe s.)

L’Histoire des Francs de Saint Grégoire de Tours (540-594), qui constitue la source historique la plus importante de l’époque mérovingienne, évoque saint Clodoald - ou Cloud -, le plus jeune des trois enfants de Clodomir, fils de Clotilde et de Clovis.
Les frères de ce dernier, Childebert et Clotaire, firent assassiner les enfants de Clodomir pour s’emparer de sa succession. Mais Cloud échappa au massacre dans lequel ses frères périrent grâce, dit Grégoire de Tours, à des « hommes courageux ».
Il décida de se consacrer au Seigneur et scella son vœu en se coupant les cheveux de sa propre main. Devenu prêtre, il aurait vécu en ermite sous la conduite de saint Séverin dans la région des environs de Paris, là où s’élève aujourd’hui la ville de Saint-Cloud.
La ville voisine de La Celle Saint-Cloud tire son nom du latin " Cella ", à la fois lieu de vie et sanctuaire, lié au souvenir de saint Cloud, qui avait trouvé refuge dans ces lieux retirés pour y mener une vie de solitude et de prière.
( 7 septembre 2013) © Innovative Media Inc.
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Sep 2013 - 15:54    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

La Syrie ne se réduit pas à une carte sur "Google Earth"Déclaration du père Sammour, SJ

Rome, 11 septembre 2013 (Zenit.org) | 80 clics

"Une intervention militaire ne mènera à rien. Chacune des parties en jeu doit comprendre que la crise ne se résoudra pas de la manière qu’elle le désire. Ils sont tous perdants et il n’y a pas de vainqueur, il n’y en aura jamais", affirme le père Nawras Sammour, responsable pour le Moyen-Orient et l’Afrique du nord du Service des jésuites pour les réfugiés. Il condamne la possibilité d’une action militaire en Syrie.



Au téléphone avec L’Aide à l’Église en détresse, de Damas, le religieux né à Alep déclare qu’ « une attaque conduirait nécessairement à une augmentation de la violence : une terrible escalade qui s’étendrait inévitablement aux pays voisins, contaminant toute la région du Moyen-Orient ». Pour le jésuite, la crise est trop complexe pour être résolue par une opération militaire dont personne ne peut prévoir l’issue à long terme.
Pendant ce temps, dans la capitale syrienne, souvent privée d’électricité, « tout le monde vit dans l’attente, même si la vie continue grosso modo comme avant la menace de guerre ». L’opinion n’est pas unanime sur l’éventualité d’une intervention, mais beaucoup ont commencé à faire des provisions de nourriture et, ces deux dernières semaines, ceux qui en avaient la possibilité ont préféré quitter le pays. « Ceux qui, comme moi, désirent au contraire rester en Syrie, évitent de sortir de peur de rester bloqués à cause des hostilités. Avec quelques confrères, nous venons d’annuler un voyage au Liban, justement pour cette raison ». Les jésuites assistent plus de 17.000 familles syriennes, dont 80 % sont musulmanes.
Les paroles du pape François sont un grand réconfort pour les chrétiens. « L’appel du Saint-Père était excellent », affirme le père Sammour, racontant comment, en Syrie aussi, ils ont été nombreux à participer à la journée de jeûne demandée par le pape pour le 7 septembre. Dans la maison des jésuites de Damas, elle a commencé avec les vêpres de la veille. « Maintenant plus que jamais nous avons besoin de prières », ajoute le religieux, qui se félicite des nombreuses initiatives de l’Église universelle pour promouvoir la paix, comme la semaine de prière organisée par l’Aide à l’Église en détresse, qui s’est jointe aussi à la journée de jeûne du 7 septembre.
Les paroles du pape n’ont pas été appréciées seulement par la communauté chrétienne. Le grand mufti de Syrie, Ahmad Badreddin Hassou, avait exprimé son désir de pouvoir prier samedi sur la Place Saint-Pierre. « Le langage du pape François est compris par toutes les personnes qui soutiennent les valeurs de la paix et de l’intégration, observe le jésuite, et heureusement, les Syriens qui aiment et respectent leurs compatriotes sont très nombreux, quelles que soient leur croyance et leur origine sociale. Malgré cela, les informations diffusées par les médias laissent entendre le contraire ». Le religieux critique les moyens d’information « toujours à la recherche d’extrémistes », et leur oppose le travail précieux de l’Église qui essaie de donner la parole au désir d’unité de la « majorité silencieuse » de la nation.
En attendant de savoir ce qui se passera dans les prochains jours, le père Sammour demande à la communauté internationale de regarder son pays moins superficiellement. « La Syrie n’est pas une carte sur Google Earth. Ce n’est pas un territoire à envahir ou à libérer. Ce n’est pas seulement un lieu, c’est une merveilleuse mosaïque. La Syrie est avant tout un ensemble de personnes : les Syriens. Et j’espère que cela va être enfin pris en considération ».
Traduction Hélène Ginabat
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Lun 16 Sep 2013 - 16:15    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Un jeune handicapé, un couple qui fête 40 ans de mariage: la pastorale du papeDes coups de téléphone qui font le tour du mondeRome, 16 septembre 2013 (Zenit.org) Anita Bourdin | 121 clics

Le pape François a décroché son téléphone, comme il le fait souvent, pour appeler un jeune italien de Pinerolo, près de Turin, Michael. Il a 15 ans. Depuis l’âge de 4 ans, il souffre de dystrophie musculaire et se déplace dans un fauteuil roulant à moteur. Il a aussi appelé un couple qui fêtait ses 40 ans de mariage. Il s'étonne que ses coups de téléphone, qui appartiennent à sa pastorale ordinaire, directe, fassent le tour du monde comme des "nouvelles".



Michael vit avec sa mère dans un HLM à Pinerolo, près de Turin. C’est sa maman qui a pris l’appel et le pape a voulu parler au jeune garçon qui raconte, sur son réseau social qu’il a reconnu tout de suite la voix du pape, comme il l’avait entendue à la télévision. C’était samedi, 14 septembre, à 12 h 10. Pourquoi ? Parce qu’un proche de Michael avait écrit au Vatican quelque jour auparavant.
 « Je voudrais vous rencontrer », a dit le pape François, ou plus exactement : « vous rencontrer serait un honneur pour moi ».
« Je lui ai répondu que même si j’étais dans fauteuil roulant j’allais bien, raconte Michael. Je ne me suis pas trop ému. Le pape m’a mis à l’aise tout de suite. J’ai compris immédiatement que c’était lui et pas une blague, car j’ai reconnu sa voix, c’était la même qu’à la télévision. Le pape a répondu à un courriel que lui a envoyé un membre de ma famille qui lui demandait s’il pouvait de me recevoir à Rome ».
.«  J’ai tout de suite raconté mon expérience sur Facebook, et maintenant j’ai hâte de le raconter à mes amis. Le pape m’a invité à Rome, j’espère pouvoir faire ce voyage, mais le billet coûte cher. A la fin de l’appel, le pape m’a dit : je prie pour toi, et toi prie pour moi. » Il pourrait venir participer à une audience du mercredi.
Un couple qui fêtait ses 40 ans de mariage, toujours dans le Nord de la péninsule, a lui aussi eu la surprise d’un appel du pape François: sans le leur dire, leurs filles, sachant la grande foi de leurs parents, avaient écrit au pape en juin dernier à propos de cet anniversaire, rappelant leur voyage de noces en Terre Sainte et la mort de leur premier fils. Marilena Turnati, 58 ans, a confié : « Ce sera le plus bel anniversaire, le plus inoubliable de ma vie et de celle de mon mari Valter. Nous sommes originaires de Campanie, mais depuis quelques mois, nous avons déménagé dans le Piémont, à Alessandria, pour être proches de nos deux filles. »
Elle raconte : « Hier, avant le déjeuner, le coup de téléphone que tu n’attends pas. J’ai répondu moi-même sur le portable. Et quand j’ai compris qu’il s’agissait du Saint-Père, j’ai cru m’évanouir sous le coup de l’émotion. Je vous laisse deviner ma joie en recevant ces vœux. J’espère que mon témoignage s’unisse au chœur de tous les autres. »
C’est un geste qui appartient à la sollicitude pastorale du pape François, une habitude du cardinal Jorge Mario Bergoglio, la pastorale au téléphone pour parler directement aux personnes qui, par lettre ou par mail, lui confient leur souffrance ou leurs joies. Mais pour tous, les appels du pape sont une nouveauté totale et une « nouvelle ».
Et le pape s’étonne que ses conversations fassent le tour du monde. Il a confié au directeur du Centre de télévision du Vatican, le père Dario Edoardo Vigano qui le confie à l’hebdomadaire italien « Famiglia Cristiana » : « Dites aux journalistes que mes coups de téléphone ne sont pas une nouvelle. Je suis comme ça, j’ai toujours fait ça à Buenos Aires aussi. Je recevais un billet, une lettre d’un prêtre en difficulté, d’une famille ou d’un détenu et je répondais. Pour moi c’est beaucoup plus simple d’appeler, de m’informer du problème et de suggérer une solution. A certains je téléphone, à d’autres j’écris ».
Avec une traduction d'Océane Le Gall
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Lun 16 Sep 2013 - 16:42    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Un chrétien qui ne prie pas pour les gouvernants n'est pas un bon chrétienHomélie du pape François, 16 septembre 2013
« Un chrétien qui ne prie pas pour les gouvernants n’est pas un bon chrétien », déclare le pape François dans son homélie de ce matin, lors de la messe de 7h en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe du Vatican.



Voici l’essentiel de cette homélie que l’on peut entendre en italien sur la page « Vatican player », à la date du lundi 16 septembre.
« On ne peut pas gouverner sans amour du peuple et sans humilité.
« Tout homme, toute femme qui doit prendre possession d’un service de gouvernement doit se poser ces deux questions : « Est-ce que j’aime mon peuple, pour le servir mieux ? Est-ce que je suis humble ? Et est-ce que j’écoute tous les autres, les différentes opinions, pour choisir la meilleure route ? » Si vous ne vous posez pas ces deux questions, votre gouvernement ne sera pas bon.
« Le gouvernant, homme et femme, aime son peuple, et homme et femme, est humble.
« Un bon catholique ne se mêle pas de politique ? Ce n’est pas vrai. Ce n’est pas une bonne voie. Un bon catholique se mêle de politique, en offrant le meilleur de lui-même. Pour que le gouvernant puisse gouverner.
« Mais la meilleure chose  que nous puissions offrir aux gouvernants, c’est la prière. C’est ce que dit Paul : « Priez pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont au pouvoir ».
« Mais, père, celui-là est une personne mauvaise… Il ira en enfer…  » « Prie pour lui, pour elle, pour qu’il puisse bien gouverner, pour qu’il serve son peuple, qu’il soit humble. »
« Un chrétien qui ne prie pas pour les gouvernants n’est pas un bon chrétien.
« Mais, père, je dois prier pour cette personne qui ne convient pas… ? » « Prie pour qu’il ne covertisse ! »
(16 septembre 2013) © Innovative Media Inc.
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Lun 23 Sep 2013 - 04:36    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Rome, 22 septembre 2013 (Zenit.org) Pape François | 584 clics

Le travail veut dire dignité, veut dire rapporter pain à la maison, savoir aimer : le pape François s’est fait l’avocat des travailleurs, des entrepreneurs qui se battent, dans la crise économique, pour un travail digne et animés par le service du bien commun et l’espérance chrétienne. Il a fustigé la recherche du profit et le travail précaire ou au noir. Il a dénoncé l’idolâtrie de l’argent qui laisse de côté les personnes âgées et les jeunes, et met au centre l’argent, qui « commande » et non pas l’homme, la femme, la famille: un système économique globalisé "sans éthique". Il a invité à lutter avec astuce et ensemble contre ce système. Il a invité à affronter ce qu'il appelle un "défi historique" avec solidarité et intelligence.



Le pape parlait lentement au monde du travail, ce dimanche 22 septembre, à Cagliari (Sardaigne), sur un ton grave. Il a prié pour le don du travail sûr l'île.
En italique, nous avons transcrit les passages ajoutés par le pape François d’abondance du cœur : à un moment, le pape a même définitivement abandonné son texte, confiant le discours préparé à l’évêque. Un discours scandé par des très nombreux applaudissements et des larmes d'émotion. Le courant passait cinq sur cinq entre le pape et les travailleurs. C'était, depuis son élection, la première grande rencontre du pape argentin avec la réalité sociale du travail et du chômage, des syndicats et des entreprises. Et il y était à l'aise.
Le pape François est parti ce dimanche matin, 22 septembre pour Cagliari à 7 h, en voiture, de la Maison Sainte-Marthe du Vatican pour l’aéroport romain de Ciampino. A 7 h 30 son avion s’est envolé pour l’aéroport “Mario Mameli” de Cagliari-Elmas.
Le pape y a été accueilli par l’archevêque de Cagliari, Mgr Arrigo Miglio, par la ministre de la justice, Mme Anna Maria Cancellieri, qui représentait le gouvernement italien, par le président de la Région Sardaigne, M. Ugo Cappellacci, par l’ambassadeur d’Italie près le Saint-Siège, M.  Francesco Maria Greco, et par le nonce apostolique en Italie, Mgr Adriano Bernardini, par le préfet de Cagliari, M. Alessio Giuffrida, par le maire d’Elmas, M. Valter Piscedda, par le maire de Cagliari, M. Massimo Zedda, par le commissaire extraordinaire pour la province de Cagliari, M. Pietro Cadau, et par le lieutenant-colonel Gianmarco Solinas, commandant de l’aéroport militaire.
Le pape s’est ensuite rendu en voiture à Cagliari, et, à 8 h 45, il y a rencontré le « monde du travail », au Largo Carlo Felice.
Un ouvrier, une entrepreneuse, et un syndicaliste ont accueilli le pape qui a ensuite prononcé un discours et prié avec tous les travailleurs présents, avant de saluer personnellement une dizaine d’entre eux.
Discours du pape François
Chers frères et sœurs, bonjour !
Je vous salue cordialement : travailleurs, entrepreneurs, autorités, familles présentes, en particulier l’archevêque de Cagliari, Mgr Arrigo Miglio, et les trois d’entre vous qui ont manifesté vos problèmes, vos attentes, vos espérances aussi.
Comme vous le disiez, ma visite commence justement avec vous, qui formez le monde du travail. Par cette rencontre, je désire surtout vous exprimer ma proximité, spécialement aux situations de souffrance : aux nombreux jeunes chômeurs, aux personnes au chômage technique ou en précarité, aux entrepreneurs et aux commerçants qui ont du mal à aller de l’avant. C’est une réalité que je connais bien du fait de mon expérience en Argentine.
Je ne l’ai pas connue, mais ma famille oui. Mon papa, jeune, est allé en Argentine, plein d’espérance, pour « faire l’Amérique », et il a souffert la terrible crise de 1930. Ils ont tout perdu : il n’y avait pas de travail. Et dans mon enfance j’ai entendu parler de cette époque à la maison. Je ne l’ai pas vue, je n’étais pas encore né. Mais j’ai entendu parler à la maison de cette souffrance. Je connais bien cela.
Mais je dois vous dire : courage !
Mais je suis aussi conscient que je dois faire tout mon possible pour que cette parole « courage ! » ne soit pas une belle parole de passage. Ne soit pas seulement un sourire d’employé cordial. Un employé de l’Eglise qui vient et qui vous dit « courage ! » Non, cela je n’en veux pas. Je voudrais que ce courage vienne de l’intérieur et me pousse à tout faire, en tant que pasteur, en tant qu’homme.
Nous devons affronter avec solidarité - entre vous, aussi entre nous, tous, avec solidarité - et intelligence ce défi historique.
Cette ville est la deuxième que je visite en Italie, c’est curieux : toutes les deux, la première et celle-ci, sont des îles. Dans la première, j’ai vu la souffrance de tant de personnes qui cherchent, en risquant leur vie, dignité, pain, santé : le monde des réfugiés. Et j’ai vu la réponse de cette ville, qui, tout en étant une île, n’a pas voulu s’isoler, et accueille celui-là, le fait sien, et nous donne un exemple d’accueil : souffrance et réponse positive. Ici, dans cette deuxième ville-île que je visite, je trouve aussi de la souffrance ; une souffrance dont l’un de vous a dit qu’elle t’affaiblit et finit par te voler l’espérance. Une souffrance, le manque de travail, qui te conduit - excusez-moi si je suis un peu fort, mais je dis la vérité -, qui te conduit à te sentir sans dignité. Et là où il n’y a pas de travail, manque la dignité. Et ceci n’est pas un problème de la Sardaigne seulement – même s’il est fort ici – ce n’est pas un problème de l’Italie ou de certains pays d’Europe, c’est le résultat du choix mondial, d’un système économique qui conduit à cette tragédie : un système économique qui a au centre une idole qui s’appelle l’argent. Et Dieu a voulu qu’au centre du monde il n’y ait pas une idole, mais l’homme, l’homme et la femme, qui fassent avancer le monde par leur travail.
Mais maintenant, au centre de ce système sans éthique, il y a une idole, et le monde est devenu idolâtre de ce dieu argent, c’est l’argent qui commande, et toutes les choses qui servent à cette idole. Et qu’est-ce qui se passe ? Pour défendre cette idole, tous se rassemblent au centre et les extrémités tombent: les personnes âgées tombent parce qu’il n’y a pas de place pour eux dans ce monde. Certains parlent de cette habitude d’euthanasie cachée, qui est de ne pas s’en soucier, de ne pas les prendre en compte, de les laisser tomber. Et tombent les jeunes qui ne trouvent pas de travail, leur dignité. Mais pensez-y : dans un monde dans lequel les jeunes, des générations (deux) de jeunes, ne trouvent pas de travail, n’a pas d’avenir. Pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas de dignité. Ou c’est difficile d’avoir une dignité sans travail. Voilà votre souffrance, ici. Voilà la prière que vous avez criée : travail ! Travail ! Travail ! C’est une prière ! Une prière nécessaire. Le travail veut dire dignité, veut dire rapporter du pain à la maison, le travail veut dire aimer. Et pour défendre ce système économique idolâtre, on instaure la culture du rebut, on rejette les jeunes et on rejette les anciens. Et nous devons dire non à cette culture du rebut, nous devons dire que nous voulons un système juste qui nous fasse aller de l’avant. Nous devons dire que nous ne voulons pas de ce système économique globalisé qui nous fait tant de mal. Au centre il doit y avoir l’homme et la femme, comme Dieu le veut, et non pas l’argent.
J’avais écrit différentes choses pour vous, mais en vous regardant ces paroles me sont venues. Je remettrai à l’évêque ces paroles écrites comme si elles avaient été dites. Mais j’ai préféré vous dire ce qui me venait du cœur en vous regardant en ce moment. Regardez. C’est facile de dire : « ne perdez pas l’espérance ». Mais à tous, à vous tous qui avez du travail et à vous qui n’avez pas de travail, je dis : ne vous laissez pas voler l’espérance. Ne vous laissez pas voler l’espérance ! Peut-être l’espérance est-elle comme les braises sous la cendre. Aidons-nous par la solidarité, en soufflant sur les cendres pour que le feu vienne à nouveau. Mais l’espérance nous fait avancer. Ce n’est pas de l’optimisme, c’est une autre chose. Mais l’espérance n’est pas d’un seul. L’espérance, nous la faisons tous. L’espérance, nous devons la soutenir tous, vous tous, et nous tous qui sommes loin. L’espérance est une chose qui est vôtre et nôtre. Elle est à tous. C’est pourquoi je vous dis : ne vous laissez pas voler l’espérance !
Mais soyons malins, parce que le Seigneur nous dit que les idoles sont plus malines que nous. Le Seigneur nous invite à avoir l’astuce du serpent en même temps que la bonté de la colombe. Ayons cette astuce. Et appelons les choses par leur nom. En ce moment, au centre de notre système économique, de notre système globalisé qu’on nous propose pour notre vie, au centre il y a une idole. Et cela ne peut pas se faire. On ne peut pas le faire. Luttons tous ensemble pour qu’au centre au moins de notre vie il y ait l’homme et la femme, la famille, nous tous, afin que l’espérance puisse aller de l’avant que qu’on ne se laisse pas voler l’espérance.
Maintenant je voudrais finir en priant pour vous tous en silence, en priant avec vous tous, en silence, et je dirai tout ce qui vient dans le cœur.
Seigneur Dieu, regarde-nous, regarde cette ville cette île, regarde nos familles. Seigneur, à toi le travail n’a pas manqué. Tu as été charpentier. Tu étais heureux. Seigneur, le travail nous manque. Les idoles veulent nous voler la dignité, les systèmes injustes veulent nous voler l’espérance. Seigneur, ne nous laisse pas seuls, aide-nous à nous aider les uns les autres, que nous oubliions un peu l’égoïsme, et sentions dans le cœur le « nous », nous, le peuple qui veut aller de l’avant. Seigneur Jésus, que le travail ne nous manque pas. Donne-nous du travail. Et enseigne-nous à lutter pour le travail. Et bénis-nous tous. Au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.
Merci beaucoup et priez pour moi.
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Lun 7 Oct 2013 - 04:31    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Tragédie de Lampédouse : « Laissons pleurer notre coeur »Prière silencieuse place Saint-Pierre pour les naufragés
« Laissons pleurer notre cœur » : le pape François a invité la foule à s’unir à lui à trois reprises lors de l’angélus de ce dimanche 6 octobre, place Saint-Pierre.


Une fois pour demander avec lui « Seigneur augmente en nous la foi », une fois pour prier en silence en mémoire des naufragés morts près de Lampédouse, et une fois pour acclamer avec lui le « Seigneur des miracles » : un tableau du Christ en croix vénéré au Pérou, près de Lima, dont les Péruviens de Rome avaient porté une reproduction en pèlerinage jusque place Saint-Pierre.
Après l’angélus, le pape a déclaré, en se recueillant et en invitant à la prière silencieuse : « Je voudrais rappeler avec vous les personnes qui ont perdu la vie à Lampédouse, jeudi dernier. Prions tous en silence pour nos frères et sœurs : femmes, hommes, enfants… Laissons pleurer notre cœur. Prions en silence. »
Le pape a envoyé son aumônier personnel, Mgr Konrad Krajewski, sur place pour « apporter sa solidarité et se rendre compte directement des besoins humanitaires ».
Le bilan – encore provisoire en raison du mauvais temps – est de 155 rescapés, 111 morts, 252 disparus. La recherche des corps, notamment dans l’épave, par 40 m de fond, reprendra dès que les conditions météo le permettront.
Déjà, lors du voyage du pape François à Lampédouse, le 8 juillet dernier, les habitants de l’île avaient demandé : « Nous voulons accueillir des vivants : plus de morts ! »
Quant aux survivants, ils tombent sous le coup de la loi italienne Bossi-Fini de 2002 sur l’immigration clandestine et l’asile. Mais le maire de Rome, Ignacio Marino s’est déclaré prêt à les accueillir.
Samedi, une trentaine d’entre eux ont été conduits à l’aéroport pour la cérémonie en hommage aux victimes, présidée par le curé de l’île, don Antonio Nastasi, en présence de Madame le Maire, Giusi Nicolini.
( 6 octobre 2013) © Innovative Media Inc.
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Jeu 10 Oct 2013 - 15:15    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Mystère de la croix, mystère d'amourTweet du pape FrançoisRome, 10 octobre 2013 (Zenit.org) Anita Bourdin | 104 clicsLe pape François a posté un nouveau tweet sur le thème de l'amour, de la prière, des larmes, de la croix, ce 10 octobre, sur son compte @Pontifex_fr . On se souvient que saint Ignace lui-même avait reçu le don des larmes (cf. Zenit du 2013).



Voici le tweet du pape:
"Le mystère de la Croix, un mystère d’amour, ne peut se comprendre que dans la prière. Prier et pleurer à genoux devant la Croix."
Dans son homélie du 31 juillet, pour la fête de saint Ignace, avec les jésuites présents à Rome,  dans l'église du "Gesù", le pape avait évoqué, comme dans l'homélie de ce jeudi matin, la bonne "honte" mais aussi les "larmes": il invitait à "demander la grâce de la honte (...) qui met notre cœur en harmonie dans les larmes et qui nous accompagne dans la suite quotidienne de "mon Seigneur" " (cf. Zenit du 31 juillet 2013).
Pleurer les tragédies du monde
Le 8 juillet, à Lampédouse, devant les tragédies des naufragés, le pape interpellait le monde sur sa capacité de pleurer de compassion: "Nous sommes dans une société qui a publié l'expérience de pleurer, de "souffrir avec": la mondialisation de l'indifférence! Dans l'Evangile, nous avons écouté le cri, les pleurs, la grande lamentation: "Rachel pleure ses enfants … parce qu'ils ne sont plus". Hérode a semé la mort pour défendre son bien-être, sa bulle de savon. Et cela continue de se répéter… Demandons au Seigneur qu'il efface ce qu'il est resté d'Hérode aussi dans notre coeur. Demandons au Seigneur la grâce de pleure sur notre indifférence, de pleurer sur la cruauté qu'il y a dans le monde, en nous, également chez ceux qui dans l'anonymat, prennent des décisions sociales et économiques qui ouvrent la voie à des drames comme celui-là. "Qui a pleuré?" Qui a pleuré aujourd'hui dans le monde?" (cf. Zenit du 8 juillet 2013).
« Laissons pleurer notre cœur » a encore dit le pape François à l’angélus de dimanche 6 octobre, place Saint-Pierre., invitant la foule à une prière silencieux pour les morts de Lampédouse, en majorité des chrétiens d'Erythrée et d'Ethiopie (cf. Zenit du 6 octobre 2013).
Les larmes, lunettes pour voir Jésus
Dans son homélie du 2 avril 2013, le pape avait même fait observer que "parfois dans notre vie, les larmes peuvent devenir comme des lunettes qui nous permettent de voir Jésus" (cf. Zenit du 2 avril 2013).
Le pape avait souligné "la nécessité de savoir pleurer". Il avait invité à "demander au Seigneur la grâce des larmes", en ajoutant: "C’est une belle grâce de pleurer pour tout : pour le bien, pour nos péchés, pour les grâces, pour la joie (...). Les larmes nous préparent à voir Jésus."
Il est des jours où dans son Journal spirituel saint Ignace de Loyola ne note que ce mot: "larmes". Il précise parfois, comme le 5 avril 1544: "Avant la messe, larmes. Pendant, beaucoup". Elles reviennent presque chaque jour.
Il note parfois les fruits spirituels de ce don: "Avec beaucoup d'intelligences et de sentiments intérieurs". Ou bien: "Se terminant à conforter ma volonté à la volonté divine". Et encore: "Avec locution intérieure".
Mais ces larmes sont parfois différentes. Il parle parfois "d'amour accompagné de larmes".
(10 octobre 2013) © Innovative Media Inc.
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Marie
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 31 Juil 2008
Messages: 38 455
Féminin

MessagePosté le: Lun 14 Oct 2013 - 10:58    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Le pape s'insurge contre la "servitude" de la femme dans l'Eglise25e anniversaire de l'encyclique Mulieris dignitatem
  • Le séminaire, organisé par le Conseil pontifical pour les laïcs, a eu lieu au Vatican, du 10 au 12 octobre, sur le thème « Dieu confie l'être humain à la femme » (cf. MD, 30).
Valoriser le rôle de la femme
La question de « la présence de la femme », est actuelle non seulement dans la société mais aussi « dans l’Église », a fait observer le pape : « Je souffre – je dis la vérité – quand je vois dans l’Église ou dans certaines organisations ecclésiales que le rôle de service – que nous devons tous avoir – de la femme glisse vers un rôle de servitude ».
« C'est une réalité qui me tient à coeur », a insisté le pape, qui a tenu à rencontrer les participants « malgré le règlement, car aucune rencontre de ce genre n'est prévue » afin de « bénir [leur] engagement ».
« Quand je vois des femmes qui font des choses de servitude, c'est qu'on ne comprend pas bien ce que doit faire une femme », a-t-il souligné, en leur léguant ces questions : « « Quelle présence a la femme dans l’Église ? Comment peut-elle être beaucoup mieux valorisée ? »
Richesse de la maternité
Le thème du séminaire était tiré de l'extrait de l'encyclique suivant : « La force morale de la femme, sa force spirituelle, rejoint la conscience du fait que Dieu lui confie l'homme, l'être humain, d'une manière spécifique ».
L'être humain confié à la femme "d'une manière spécifique", c'est une référence à la « maternité », a expliqué le pape : « tant de choses ont changé dans l’évolution culturelle et sociale, mais reste le fait que c'est la femme qui conçoit, qui porte en son sein et qui accouche les enfants des hommes ».
Ceci, pour le pape « n'est pas seulement un donné biologique, mais comporte une richesse d'implications autant pour la femme que pour ses relations », c'est-à-dire « pour sa façon de se poser par rapport à la vie humaine ».
La féminité de l’Église
Le pape a diagnostiqué « deux dangers » qui « mortifient » la femme et sa vocation : d'une part, « réduire la maternité à un rôle social, à un devoir, qui même noble, met de côté la femme avec ses potentialités, et ne la valorise pas dans la construction de la communauté ».
D'autre part, « promouvoir une sorte d'émancipation qui, pour occuper les espaces accaparés par les hommes, abandonne la féminité avec les traits qui la caractérisent ».
« La femme a une sensibilité particulière pour les "choses de Dieu", surtout pour aider à comprendre la miséricorde, la tendresse et l’amour que Dieu a pour nous », a poursuivi le pape, faisant remarquer que l’Église était féminine : « on ne dit pas 'un' Église mais 'une' Église... L’Église est femme, elle est mère, et c'est beau ».
____________________
Si tu veux te tenir debout devant le monde, apprend à te mettre à genoux devant Dieu. - Mère de Joseph Guiho
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:58    Sujet du message: Zénit: Journal Catholique

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Catholique Chretien Jesus est Seigneur Index du Forum -> AVANCE EN EAU PROFONDE -> ¤0¤ Médias ¤0¤ -> Zénit
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 6

 
 Sauter vers:   

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group :: MaxiBlue V1 :: Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com