Forum Chrétien Jesus est Seigneur Index du Forum
  FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
Luc 1, 26-38


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Catholique Chretien Jesus est Seigneur Index du Forum -> AVANCE EN EAU PROFONDE -> ¤0¤ Messe + Livre des Jours ¤0¤ -> Commentaires ¤ Évangile
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
eli29s
Bienheureux
Bienheureux

Hors ligne

Inscrit le: 04 Mai 2010
Messages: 3 591
Localisation: 29000 Quimper

MessagePosté le: Ven 7 Oct 2011 - 12:24    Sujet du message: Luc 1, 26-38

PublicitéSupprimer les publicités ?
  Cette annonce fait un parallèle avec la précédente. Ce n’est pas à la Bible – où il est inconnu – que Luc a emprunté un tel procédé, mais la littérature hellénistique. Le grec Plutarque publie alors les vies parallèles, qui forment vingt-trois paires de biographies ; dans chaque paire, il met en balance un Grec et un Romain, pour manifester que, malgré la grandeur du second, le Grec lui est quelque peu supérieur… Le schéma des annonces permet de noter la distance qui existe entre Jésus et Jean.
  Certes, la scène ne se déroule pas dans le cadre prestigieux du Temple, mais modestement en une ville de Galilée, dans une maison particulière. Cette fois cependant, c’est le messager céleste qui doit se déplacer, entre chez Marie (v.28) et en sort (v.38). Que la révélation soit faite à la future mère et non plus au père marque une différence qui est en soi peu révélatrice : les modèles de l’Ancien Testament peuvent en effet mettre la femme en scène. Beaucoup plus significative est la virginité de Marie. Par don de Dieu, Elisabeth vient, de son époux, de concevoir un fils ; Marie n’est qu’accordée en mariage, elle n’a pas encore pu mener la vie commune avec Joseph et va concevoir sans union sexuelle. Là où la naissance de Jean est merveilleuse, celle de Jésus l’est encore plus.
  La virginité de Marie rend compte aussi d’une différence majeure dans le schéma de l’annonce. La jeune femme fait objection au message céleste en posant une question analogue à celle du prêtre : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je n’ai pas de relations sexuelles ? » Or, cette fois, l’ange ne va aucunement y déceler un manque de foi ; il répond à la question sans la critiquer et donne à Marie un signe qui, contrairement à celui reçu par Zacharie, ne constitue pas un châtiment : sa parente est enceinte. C’est que Marie est en face d’une situation radicalement nouvelle dans la Bible qui ne rapporte pas de conception sans union sexuelle, alors que le mari d’Elisabeth connaissait fort bien l’histoire d’Abraham, identique à la sienne. Les deux annonciations parallèles divergent donc ici, et au silence contraint du prêtre s’oppose l’acceptation paisible de la servante du Seigneur qui se soumet à la Parole ; après cela, seulement, la Parole est réalisée. Marie se désignera à nouveau du nom de servante en 1, 48 – un terme employé  ailleurs par Luc pour désigner les membres de l’Eglise (Actes 2, 18 ; 4, 29 ; 16, 17).
  La salutation de l’ange à Marie (v.28) est un « plus », sans équivalent dans l’annonce à Zacharie. « Je te salue, la favorisée [de Dieu] ! Le Seigneur est avec toi ! » Dieu accorde sa faveur à la jeune fille en la choisissant pour être la mère du Messie – mais cela, elle ne le sait pas encore. Quant à la formule « Le Seigneur est avec toi », elle est adressée par l’ange du Seigneur lorsqu’il apparaît à Gédéon (Jg 6, 12) : Dieu assure de sa protection celui qu’il appelle à une tâche. D’où, au verset suivant, la perplexité de Marie qui se demande ce dont il s’agit. C’est seulement lorsque le messager aura parlé de la naissance du Fils de Dieu (v. 35), que Marie se saura mère du Seigneur (cf. 1, 43) ; la formule de la salutation prendra rétrospectivement un tout autre relief pour le lecteur.
  Le nom de l’ange est donné au lecteur dès le début : Gabriel, comme dans la scène précédente. L’envoi de celui-ci chez l’épouse d’un homme de la maison de David nous suggère l’accomplissement de la promesse messianique ; mais Marie ignore l’identité du messager – ce qui n’en souligne que davantage la foi qu’elle accorde à ses paroles.
  Le message céleste concernant l’enfant à naître est en deux temps, séparés par la question de Marie. La première partie (v. 30-33) décrit ce que sera la fonction de Jésus (il sera grand et règnera),
en puisant dans ce que dit l’Ancien Testament du Messie davidique. La naissance accomplit deux prophéties importantes, tant pour l’Eglise de Luc que pour celle de Matthieu. La première est celle d’Is 7, 14 (v. 31). Comme dans le texte hébreu de ce verset, c’est la mère qui donnera le prénom hébreu à l’enfant : Jésus, « le Seigneur sauve » ; Luc n’en offre pas la traduction pour ses lecteurs, mais lui donne le titre de  Sauveur  en 2, 11. La seconde est l’oracle de Nathan où Dieu déclarait à David : « Il sera pour moi un fils … ton trône sera à jamais affermi » (2 S 7, 14.16) ; c’est pourquoi l’enfant à naître sera à la fois fils de David et fils du Très Haut (v.32) la conception virginale vient cependant apporter un correctif : ce n’est pas par Joseph, lui-même de la maison de David (v. 27), que Jésus est fils de David et en obtient le règne ; c’est par pur don de Dieu.
  Marie objecte alors son état présent au moment de l’annonce et pose la question du comment. La seconde partie du message (v. 35-37) éclaire tout d’abord la conception virginale et fournit, par là, une réponse qui témoigne d’une christologie plus approfondie (v. 35). Jésus ne serait pas seulement le fils du Très Haut qui lui donnera le pouvoir royal davidique ; il sera déclaré Fils de Dieu, car il sera créé par la toute-puissance de Dieu dans l’action de l’Esprit saint, il sera saint, mis à part pour Dieu. Cette christologie établit une différence essentielle entre les deux enfants conçus merveilleusement. Jean sera le précurseur et Jésus, le messie davidique. Plus : alors que la venue de l’Esprit sur Jean fait de lui, dès le sein de maternel, un prophète unique en son genre (cf. 7, 26), ce même Esprit fait de Jésus un être radicalement nouveau par le lien qui le rattache à Dieu.
  Le message céleste offre ensuite (v. 36-37) un signe de la puissance de Dieu : la conception de Jean par Elisabeth, qui reporte lui-même à ce que dit l’Ecriture de la conception d’Isaac par Sara (Gn 18, 14). Comme la mention du sixième mois (v.26.36), cette parole de l’ange permet de lier le cycle de Jean et celui de Jésus : Elisabeth est une parente de Marie. L’information est une relation céleste pour Marie, puisque Elisabeth se cache encore (1, 24) «  quelque temps plus tard, sa femme Élisabeth devint enceinte. Pendant cinq mois, elle garda le secret. »
 
____________________
Deviens ce que tu reçois !!!! Le Corps du Christ. St Augustin.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:53    Sujet du message: Luc 1, 26-38

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Catholique Chretien Jesus est Seigneur Index du Forum -> AVANCE EN EAU PROFONDE -> ¤0¤ Messe + Livre des Jours ¤0¤ -> Commentaires ¤ Évangile
Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
 Sauter vers:   

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group :: MaxiBlue V1 :: Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Traduction par : phpBB-fr.com